Enseigner Les activités Lire Séquences

Plan de travail ⎜L’évasion d’Arsène Lupin

Bonjour bonjour ! Il y a quelques mois maintenant, nous avons travaillé avec les 4èmes sur la nouvelle L’Évasion d’Arsène Lupin (La ville, lieu de tous les possibles). Cette oeuvre étant relativement accessible, j’ai décidé de présenter cette oeuvre sous la forme d’un plan de travail. Ce format permet de travailler l’oeuvre dans son intégralité, tout en assurant l’autonomie des élèves.

Les modalités du plan de travail

Comme indiqué sur la page de garde, le plan de travail est à effectuer en groupe. J’ai opté pour des groupes de quatre élèves ce qui leur permet de travailler en binôme sur chaque heure et, ainsi, d’effectuer deux activités par heure.

Pour ce plan de travail, j’utilise L’évasion d’Arsène Lupin dans la version Declic de chez Belin. C’est une édition peu couteuse que je vous recommande puisqu’elle est adaptée aux dys. Elle comporte des dossiers intéressants et la mise en page est agréable (couleurs, explications du lexique, illustrations…).

Le déroulement du plan de travail

Neuf activités sont proposées. Elles sont réparties en trois catégories : les activités de lecture, les activités d’écriture et les activités complémentaires. Les activités de lecture et d’écriture sont obligatoires (elles sont d’ailleurs marquées d’une ★) et doivent être réalisées dans l’ordre. Les activités complémentaires, comme leur nom l’indique, sont effectuées « en plus » : en classe pour ceux qui auraient terminé en avance ou à la maison pour ceux qui veulent s’impliquer davantage. Toutes ces activités permettent d’atteindre l’objectif final : rédiger une nouvelle policière mettant en scène une évasion via un changement d’identité.

Une fois ces activités réalisées, les élèves peuvent passer à la création d’un brouillon. Cette activité est à effectuer individuellement et permet de noter les éventuelles idées, des phrases mais aussi d’organiser la rédaction à venir.

La dernière activité est celle de rédaction durant laquelle les élèves se retrouvent dans leur groupe d’origine. Ils ont alors besoin d’un temps pour mettre en commun leurs brouillons et leurs idées. Puis ils passent à la rédaction d’une courte nouvelle policière.

Concrètement, ce plan de travail a duré sept heures :
Quatre heures pour les activités de lecture, d’écriture et complémentaires. Une heure permet en général à un binôme d’effectuer une activité et permet également au groupe de se retrouver pour faire le bilan. Le temps indiqué sur les fiches permet de les aider mais vous pouvez également mettre en place un système ou des outils pour les aider à réguler leur temps.
Une heure, individuelle, pour la création du brouillon.
Deux heures, en groupe, pour la rédaction de la nouvelle.
Les élèves peuvent avoir besoin de temps en plus. Dans ce cas, vous pouvez ajouter une heure supplémentaires ou les laisser s’organiser pour travailler en dehors des heures de cours.

Les activités de lecture

La première évasion de Lupin

Cette première activité de lecture s’appuie sur la première évasion d’Arsène Lupin, alors qu’il sort de son procès. Il s’agit de repérer les lieux parisiens mentionnés dans l’extrait et de les placer sur une carte de Paris.

Dans un premier temps, les élèves doivent relire l’extrait et relever les lieux parisiens mentionnés dans l’ordre d’apparition. Ils doivent ensuite se munir de la carte de Paris (sous forme de puzzle) afin de la reconstituer. Ils peuvent ensuite, à l’aide du petit texte, placer ces lieux sur la carte afin de visualiser le parcours de Lupin dans Paris. Un espace bilan leur permet d’exprimer leur avis sur cette évasion et de déduire certains des traits de caractère de Lupin.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : 1 exemplaire, au choix, par groupe ou par élève
– La nouvelle : page 19 (l. 162) à page 24 (l. 230).
– La carte de Paris : à découper au préalable en suivant les pointillés pour former un puzzle. Ce puzzle peut être placé dans une enveloppe. Les élèves pourront en coller les différents morceaux sur une feuille. Si vous ne souhaitez pas que les élèves gardent une trace de cette carte, vous pouvez plastifier le puzzle et en laisser quelques-uns à disposition.
– Le corrigé : sous forme de carte également ou sous forme de transparent. Pour réaliser le transparent, il vous suffit de placer une feuille plastique ou calque sur la carte du corrigé et de reproduire les emplacements. Les élèves n’auront alors plus qu’à placer ce transparent sur leur propre carte pour vérifier les similitudes.

Le procès d’Arsène Lupin

Cette activité s’appuie sur l’extrait dans lequel Arsène Lupin, qui devait être jugé, a échangé sa place avec un certain Désiré Baudru. Il a pour objectif de travailler sur la métamorphose de Lupin et sur ses multiples identités.

Après avoir relu l’extrait, les élèves doivent identifier les sept étapes importantes du procès. Ces sept étapes leur permettront de mettre en avant des indices prouvant que la personne qui assiste au procès n’est pas Arsène Lupin. Il s’agit d’une analyse de texte dans laquelle on fera appelle au sens de déduction des élèves et à leur lecture de l’implicite. Pour chaque indice, on peut leur demander de relever une citation du texte afin de travailler leur capacité de sélection et de transcription de citations. Une seconde activité suit dans laquelle les élèves doivent relever les différentes identités de Lupin, mentionnées par le juge. Cinq identités sont mentionnées (Baudru n’est pas compris) et on leur demande, via une recherche, de trouver trois autres identités. Cette recherche peut s’effectuer via un ordinateur, une tablette ou un téléphone (seul Wikipédia propose la liste complète des identités) ; via des magazines sur le sujet ; via une sélection de nouvelles (cette méthode demande du temps) ; via un corpus d’extraits ; via leurs connaissances puisque beaucoup ont vu la série.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : 1 exemplaire, au choix, par groupe ou par élève
– La nouvelle : page 29 (l. 365) à page 33 (l. 396).
– Un support pour effectuer des recherches complémentaires.
– Le corrigé.

La séance 1 dont il est question est celle-ci. C’est une séance que j’ai menée en guide d’introduction de séquence, avant le plan de travail.

La grande évasion d’Arsène Lupin

Cette dernière activité de lecture s’appuie sur la fin de la nouvelle, la rencontre entre Lupin et Ganimard. Elle permet de faire un bilan de lecture et de définir la notion de « coup de théâtre ».

Après avoir relu l’extrait, les élèves doivent se munir d’une nouvelle enveloppe (ou autre format) contenant le plan d’évasion de Lupin, que vous aurez déchiré en plusieurs morceaux auparavant. Il s’agit tout d’abord, comme avec un puzzle, de reconstituer le plan d’évasion. Il faudra ensuite le compléter puisque certaines informations ont été effacées. Toutes ces informations peuvent être trouvées dans les révélations finales de Lupin. Ce plan d’évasion permet de reconstituer l’histoire et de la comprendre dans son intégralité (ce qui a été dit, ce qui était sous-entendu, ce qui était dissimulé). Une fois ce plan reconstitué, le bilan permet de définir la notion de « coup de théâtre » et de l’appliquer à cette nouvelle.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : 1 exemplaire, au choix, par groupe ou par élève
– La nouvelle : page 46 (l. 603) à page 49 (l. 680).
– Le plan d’évasion : il est à déchiré au préalable. Vous pouvez le placer dans une enveloppe.
– Le corrigé.

Les activités d’écriture

Notre héros de nouvelle policière

En parallèle de la première activité de lecture, l’autre binôme ou l’autre moitié du groupe peut effectuer la première activité d’écriture. Il s’agit ici de créer le héros de la nouvelle policière qu’ils vont rédiger par la suite.

Les élèves doivent tout d’abord compléter la fiche de renseignements afin de réfléchir aux différents aspects et différentes caractéristiques de leur personnage. Le croquis leur permet de placer d’éventuelles caractéristiques physiques (une cicatrice, un vêtement en particulier…). Une fois cette fiche complétée, les élèves peuvent passer à la rédaction d’un court portrait en partant de la phrase d’introduction proposée. Il est préférable que les élèves aient vu au préalable la méthode de rédaction du portrait, même si cette activité peut être réalisée sans.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : 1 exemplaire, au choix, par groupe ou par élève
– Les nuanciers du portrait : j’utilise ce nuancier proposé par @lilouteach.

Escapade parisienne

Cette activité fait suite à la première activité d’écriture mais également à la première activité de lecture. L’objectif est de créer le parcours que va suivre le héros de la nouvelle, dans Paris.

Les élèves commencent par lister quatre lieux parisiens. Ce peut être des monuments, des bâtiments administratifs, des parcs… mais également des lieux privés. Ils doivent également relever deux noms de rues. Une fois cette sélection faite (ils veilleront à ce que le parcours soit cohérent et à ce qu’il débute par une prison), les élèves doivent attribuer une action, une activité à chaque lieu afin que cette partie de la nouvelle ne ressemble pas à une simple liste. Enfin, comme pour la première activité, les élèves doivent rédiger la description d’un des lieux qu’ils ont choisis. La phrase d’introduction peut aider à débuter cette description. Comme pour la première activité d’écriture, il est préférable que les élèves aient déjà quelques bases concernant la description.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : 1 exemplaire, au choix, par groupe ou par élève
– La carte de Paris : 1 exemplaire par groupe ou quelques exemplaires plastifiés si vous ne voulez pas que les élèves écrivent dessus.
– On peut ajouter à cette activité une sélection de photos de lieux parisiens. Pourquoi ne pas constituer un album photo ou un Padlet ?

L’alter ego

Cette dernière activité d’écriture permet de créer l’alter ego dont les élèves ont besoin pour permettre à leur héros de s’évader. Comme pour les autres activités d’écriture, il y a d’abord une phase de préparation puis une phase de rédaction.

Il s’agit tout d’abord de définir la notion d’alter ego via une simple recherche. La définition doit être accompagnée d’une explication étymologique. La seconde activité permet de créer l’alter ego du personnage principal. Cette activité est très similaire à la première (créer le personnage principal). Enfin, la dernière activité est une activité de rédaction puisqu’il s’agit de rédiger un récit, celui de la transformation du personnage principal.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : 1 exemplaire, au choix, par groupe ou par élève.
– Un support de recherches : les élèves peuvent être amenés à effectuer quelques recherches sur des procédés chimiques.

Les activités complémentaires

Le vocabulaire du genre policier

Cette première activité complémentaire est dédiée au vocabulaire du genre policier. Elle permettra de travailler la compétence de langue Enrichir et structurer le lexique. Elle a pour objectif de développer le vocabulaire des élèves et de leur permettre de construire des écrits plus riches et précis.

Quatre ateliers de manipulation sont d’abord proposés afin de découvrir le vocabulaire du genre policier et de jouer avec les mots. Les élèves peuvent faire autant d’ateliers qu’ils veulent (ce qui dépendra également du temps qu’il leur reste). Pendant ces ateliers, ils vont découvrir des nouveaux mots ou se remémorer des mots qu’ils connaissent déjà. Tous ces mots pourront ensuite être notés sur la feuille de vocabulaire qui sert de « banque de mots ». Pour figer les apprentissages, des exercices sont proposés en complément (certains sont présents sur le document, d’autres se trouvent à la page 66 de l’ouvrage).

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Le document ci-dessus : 1 exemplaire par élève.
– La feuille de vocabulaire.
– Les quatre ateliers de manipulation.
– Un dictionnaire.

*Note : les ateliers de manipulation arriveront prochainement sur le blog dans un article dédié.

L’art du trompe l’oeil

Cette activité permet de travailler l’histoire de l’art en abordant la technique du trompe l’oeil. C’est une activité qui sera complémentaire au travail d’écriture et permettra de rendre les écrits plus riches et complets.

Les élèves débutent par un travail de définition afin de comprendre ce qu’est le trompe l’oeil. Ils doivent ensuite analyser l’un trompe l’oeil célèbre « Escapando de la critica » de Pere Borrell Del Caso. Pour cela, il est nécessaire d’avoir vu avec eux et au préalable la méthode de description de l’image fixe. Ils pourront alors analyser les couleurs, les lignes, le format, les émotions… et proposer une analyse complète. Cette activité se termine par un atelier d’écriture dans lequel les élèves doivent transposer l’art du trompe l’oeil à l’écrit. Cette dernière activité n’est pas des plus simples puisqu’elle nécessite de réfléchir en amont à la superposition des éléments, à la découverte progressive d’un nouveau point de vue… Si elle est réussie, elle permettra en revanche d’ajouter une plus value à leur rédaction finale.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : un exemplaire, au choix, par groupe pour par élève.
– Le tableau de Pere Borrell Del Caso.
– Un dictionnaire.

Les métamorphoses célèbres

Cette dernière activité permet de découvrir de nouveaux textes littéraires mettant en scène des métamorphoses. Le corpus fait partie de l’ouvrage étudié et propose quatre textes.

C’est une activité relativement simple puisqu’il s’agit de lire les quatre textes et de les comparer à l’aide d’une tableau. Cette activité permettra de découvrir de nouvelles histoires et de nouveaux personnages. Elle pourra apporter aux élèves de nouvelles idées.

Pour cette activité, les élèves ont besoin…
– Du document ci-dessus : 1 exemplaire, au choix, par groupe ou par élève.
– Le corpus de textes (pages 86 à 90).

La rédaction

La dernière étape de ce plan de travail se déroule en trois heures. Il s’agit de l’élaboration de la production finale : la rédaction d’une nouvelle policière. Deux étapes sont prévues : la première, individuelle, consiste à élaborer un brouillon ; la seconde, en groupe, consiste à rédiger la nouvelle.

Le fichier

Le document complet s’étale sur 42 pages (corrections comprises). Je vous conseille de constituer un dossier de base avec la page de garde, la feuille de suivie et les quatre fiches « sommaire ». Les autres documents peuvent ensuite être distribués au fur et à mesure ou laissés à disposition des élèves. Certaines activités méritent une préparation de votre part, notamment la carte de Paris à découper.


C’est la première année que je teste ce plan de travail. La version proposée ici est déjà une version améliorée mais elle n’en est pas moins perfectible ! Aussi, si vous avez des remarques à me faire, des recommandations… N’hésitez pas à me contacter par ici, en commentaire, ou via les réseaux sociaux. Je serais également ravie d’avoir vos retours si vous l’utilisez en classe !

Petit rappel ! Je partage tout cela avec plaisir et je le fais gratuitement… Quelques règles de courtoisie s’imposent donc ! Vous pouvez évidemment télécharger ce que je propose ici. En revanche, je vous demande de ne pas reproduire ou copier mes modèles. Merci également de ne pas supprimer mon nom de mes documents. Et si vous les utilisez et vous en inspirez, n’oubliez pas qu’une petite mention fait toujours plaisir quand on passe des heures sur une création ★

Pour plus d’idées, d’outils, de lectures… vous pouvez me retrouver sur Instagram !
@flaubertandco
Et depuis peu sur Facebook !
FlaubertandCo