Enseigner La classe

Journal d’une classe flexible ⎜ #1

Bonjour bonjour ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous présenter le premier article de, je l’espère, une longue série. Il inaugure une nouvelle catégorie sur le blog, dédiée à la classe. Dans cet article, et dans les suivants, j’aimerais vous parler, à la manière d’une chronique, d’un projet auquel je réfléchis depuis quelques mois : la mise en place d’une classe flexible.

Tout part d’une opportunité, d’un changement de fonctionnement au sein de mon collège. Depuis des années, nous fonctionnons ainsi : chaque classe dispose de sa propre salle, ce qui permet aux élèves d’avoir leur bureau ainsi que leur casier dans lesquels ils peuvent déposer leurs affaires. Cependant, en deux ans, deux classes ont ouvert et nous ne disposons donc plus d’assez de salles pour accueillir chaque classe. Une contrainte appelant à une réflexion, nous avons choisi de changer de fonctionnement. À partir de la rentrée 2021, et pour les niveaux 4ème/3ème, des salles-matières vont être mises en place. Le principe est simple, chaque matière dispose d’une ou deux salles à partager entre collègues. Le français dispose de deux salles.

Après concertation avec mes collègues de français, nous avons pris la décision d’allouer l’une de ces deux salles à un fonctionnement classique et la seconde à un projet plus innovant, plus expérimental : la classe flexible.

Qu’est-ce que la classe flexible ?

La classe flexible est une pédagogie qui est davantage répandue dans les écoles mais qui commence à faire parler d’elle dans le secondaire. Elle repose sur un principe simple, l’association d’un enseignement flexible et d’un environnement flexible. Je reviendrai sur ces deux éléments par la suite.

En quelques mots, et parce que le sujet est vaste, la classe flexible repose sur l’autonomie progressive des élèves. C’est une classe dans laquelle l’élève peut adopter différentes postures et peut faire valoir sa liberté de mouvement et de pensée. L’espace-classe n’est plus construit autour de l’enseignant, il est construit pour les élèves et devient véritablement leur espace.

Cela suppose un aménagement de la classe, qui va différer de l’aménagement classique, mais également une remise en question des pratiques pédagogiques.

Étape n°1 : La naissance d’une idée

Dès l’annonce d’un changement de fonctionnement au collège, nous avons eu la volonté de proposer quelque chose de différent. Les idées fusaient dans tous les sens : une bibliothèque, des affichages propres au français, des outils mis à disposition… Ce n’est que plus tard, en découvrant le formidable article publié par Les maîtresses en baskets, que l’idée d’une classe flexible est venue. Une idée tentante, qui titillait ma curiosité.

En parallèle, notre équipe de direction nous proposait de remplir une synthèse, en équipe, pour mettre en commun nos idées, nos questionnements concernant ces nouvelles salles. Cette feuille questionnait les points suivants :
– Quelle gestion de l’espace ? Quelle organisation dans les deux salles ? Quels repères communs ?
– Quelles sont nos forces ?
– Quelles sont nos craintes ?
– Quelles modalités pédagogiques possibles ? Quelle organisation pour les classes (demi-groupes, barrettes, partages, groupes de compétences…) ?
– Quels effets attendus pour les élèves ?
– Quels aménagements ? Quels besoins concernant les équipements, les formations, la logistique… ?

Étape n°2 : Des lectures…

En lisant la bibliographie proposée par Les maîtresses en baskets, j’ai mis la main sur deux ouvrages dont le sujet et le contenu semblaient convenir à notre problématique : la mise en place d’une classe flexible en collège et en cycle 4.

La classe flexible : je me lance !, Renaud Keymeulen, Justine Henry et Alix Longlez

Éditions De Boeck Supérieur. Mars 2020. 187 pages. 18€.

Cet ouvrage reprend de manière synthétique le fonctionnement de la classe flexible. Comme indiqué sur sa couverture, il est adapté aux cycles 1, 2, 3 et au secondaire.

On peut y découvrir cinq chapitres :
1. Présentation de la classe flexible.
2. Aménager une classe flexible dans l’enseignement primaire et secondaire.
3. Aménager une classe flexible dans l’enseignement maternel (non-lu).
4. Aménager une école flexible.
5. Enseigner dans une classe flexible.

Son contenu est intéressant puisqu’on y propose une présentation complète de la classe flexible : ses principes, ses avantages… Mais également des conseils concrets pour la mettre en place en classe (l’ameublement, les différents espaces, les affichages…) et dans sa pédagogie (organisation, activités, évaluations…). Il est imagé, clair et bien organisé.

Enseigner en classe flexible, Anne Larcher, Evie Laversanne, Adeline Michel, Aurélia Onyszko Leclaire et Séverine Walker

Éditions Retz. 2019. 157 pages. 18,20€.

Cet ouvrage, bien que destiné aux cycles 2 et 3, est une véritable mine d’or pour quiconque souhaite se lancer dans l’expérience de la classe flexible. J’ai pris un grand plaisir à le lire et j’y ai appris beaucoup de choses. La référence à l’école primaire est bien sûr présente mais minime puisqu’on peut facilement transférer ces informations au cycle 4 et au collège.

Il est organisé en trois grandes parties, elles-mêmes organisées en sous-parties :
1. Repenser la place et le rôle de l’enseignant.
2. Repenser la place et le rôle de l’élève.
3. Repenser l’espace et le temps.

L’ouvrage est complet, concret et permet de concevoir intégralement une première ébauche de votre projet. Il porte à réfléchir sur les différents aspects de la classe flexible par des questions concrètes et ciblées. Il propose également des outils de manière détaillée (des tableaux d’organisation, des plans de classes, des exemples d’aménagements et de mobiliers…).

Étape n°3 : Le bilan

L’espace-classe
  • La mise en place de différents espaces :
    • Un espace forum pour la mise en commun, les échanges en demi-groupe ;
    • Un espace autonome pour travailler seul ou à deux ;
    • Un espace dédié aux travaux de groupes avec des îlots ;
    • Un espace tutorat pour obtenir de l’aide de la part du professeur ou d’un autre élève en comité restreint ;
    • Un espace recherche et conception pour utiliser le numérique et concevoir des projets ;
    • Un espace documentation avec une bibliothèque.
  • Des aménagements possibles et/ou nécessaires :
    • Différentes assises : des tabourets pivotants, des poufs ou des cubes, des ballons, des coussins à picots, un pédalier… ;
    • Différents supports : des tables classiques, des tables en hauteur, des tables à formes spécifiques (en haricot), des supports Ztool, des tables rondes… ;
    • Des outils pour s’isoler : un casque anti-bruits, un brise-vue… ;
    • Du matériel collectif : minuteur, ardoises, dictaphone, matériel de base (aimants, feutres…) ;
    • Des rangements : un meuble-tiroir pour y ranger les différents ateliers et un autre pour les séances, un meuble « centre d’aide » pour les dictionnaires, les coups de pouce, les aides de table, les trousseaux… et tous les outils mis à disposition.
    • Un second tableau : blanc ? mobile ?
  • Des affichages :
    • Une frise chronologique.
    • Le « littératuromètre ».
    • Le « troc aux compétences ».
    • Un tableau « SOS prof ».
    • Un tableau de suivi.
    • Une charte d’autonomie.
    • Quelques points de langue.
    • Un éphéméride littéraire.
    • Des ouvrages recommandés.
L’enseignement
  • Les avantages de la classe flexible :
    • Encourager une pédagogie collaborative et coopérative ; mettre en place un tutorat bienveillant et rassurant et un enseignement entre les pairs ; renforcer la cohésion d’équipe et de classe.
    • Instaurer un climat plus serein, où l’erreur a sa place et n’est pas jugée ; mettre en place un lieu où il est plus facile de poser des questions, de demander des explications ; respecter les besoins et les rythmes de chacun ; respecter les émotions et faciliter la gestion de celles-ci ; diminuer le stress et l’ennui ; créer des relations sereines entre les différents acteurs de la classe.
    • Faciliter l’individualisation des enseignements ; avoir la possibilité de recentrer l’attention de l’enseignant sur les difficultés et les besoins de chacun ; donner la possibilité de s’isoler.
    • Créer de l’enthousiasme, via notamment le plaisir visuel ; accroître l’attention et la concentration ; favoriser la liberté des élèves ; favoriser la participation orale et l’investissement dans le travail.
    • Encourager l’autonomie et la responsabilisation des élèves ainsi que la prise d’initiatives ; apprendre à travailler pour soi ; apprendre à demander de l’aide ; apprendre l’autodiscipline.
    • Mettre en place une pédagogie concrète basée sur la manipulation de matériels et l’expérimentation.
    • Aider les élèves ayant des besoins spécifiques, notamment les troubles de l’attention / de la concentration ou l’hyperactivité.
    • Remettre en question ses pratiques pédagogiques ; innover ; avoir la possibilité de varier les situations d’enseignement.
  • Des pédagogies à tester ou à approfondir :
    • Les activités collaboratives.
    • Les plans de travail.
    • Les centres d’autonomie.
    • Les ceintures de compétences.
    • La différenciation.
    • Les barrettes / les demi-groupes.
    • La pédagogie de projets.
Les questions
  • Où les élèves mettent-ils leur sac ?
  • Quelle place accorder au bureau de l’enseignant ?
  • Comment gérer la disponibilité de la salle et la répartition des créneaux horaires ?
  • Comment gérer les sélections de lecture (le Vendée’lire notamment) ?
  • Quelle gestion pour les livres mis à disposition dans la bibliothèque de classe ?
  • Quelle gestion des sollicitations ?
  • Quelle gestion de la discipline et du volume sonore ?
  • Comment adapter les séquences déjà existantes ?
  • Comment mener les élèves vers cette nouvelle pédagogie qu’ils ne connaissent pas ?
  • Comment mener les élèves vers l’autonomie ?
  • Que proposer aux élèves ayant des besoins spécifiques ?

Étape n°4 : Le plan de classe

Une fois listées toutes les envies, les idées, les nécessités… il a fallu réfléchir à l’aménagement de la salle de classe. Heureusement, nous disposons au collège d’une salle aux volumes très avantageux et intéressants, nous l’appelons d’ailleurs « la salle de bal ». Si le projet enthousiasme l’équipe de direction, elle sera nôtre. Nous croisons donc les doigts et nous travaillons pour proposer quelque chose de complet et ayant un intérêt.

Pour cela, nous avons passé un moment en classe pour relever ses mesures, ses ouvertures, la dimension des meubles déjà présents, l’emplacement des prises… Puis nous avons élaboré un plan vierge à échelle.

De mon côté, et en préparation de notre prochaine concertation, j’ai élaboré une ébauche de ce que pourrait être cette salle. J’y ai représenté les meubles, les assises, les tables… mais également les différents espaces, représenté chacun par une couleur.


Voilà pour ce premier article dédié à notre projet de classe flexible. Il est long mais je l’ai voulu complet. Pour ceux que ça intéresse tout d’abord, mais également pour moi, pour garder une trace de cette expérience.

Dans les semaines à venir, nous avons prévu une concertation d’équipe pour mettre en commun notre réflexion et peaufiner notre projet. Une présentation à l’équipe pédagogique et de direction est également prévue. L’occasion pour nous de soumettre nos idées aux questions, aux critiques et au regard des autres.


Connaissez-vous le principe de la classe flexible ? Est-ce un concept qui vous tente ? Pratiquez-vous cette pédagogie en classe ? Avez-vous des réponses à mes questions, des réactions à mes idées ?
Je suis curieuse et avide de savoirs, n’hésitez donc pas à réagir à cet article, en commentaire ou via Instagram / mail.

Pour plus d’idées, d’outils, de lectures… vous pouvez me retrouver sur Instagram !
@flaubertandco

2 commentaires

  1. Le projet dont je rêve ! Ma salle est petite mais j’essaie de la repenser de cette façon. Tout ne sera pas possible mais un début c’est mieux que rien.
    Est-ce que tu envisages un article concret sur la mise en place et l’organisation d’une séance par exemple ? Merci pour la réflexion, les livres sont devant moi !

    1. Flaubert and Co. a dit :

      Je pense que même dans une petite salle il est possible de mettre en place des aménagements : des outils à disposition, des affichages…
      Oui ! Le prochain article traitera, je pense, de l’aménagement de la salle et ensuite je parlerai de la mise en place des séquences et séances !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *