Bibliothèque Enseigner

L’enfant atypique, Alexandra Reynaud

Bonjour bonjour ! J’ai profité du confinement, et du généreux prêt d’une collègue, pour découvrir un nouvel ouvrage autour des neurosciences. Un ouvrage que je vous présente aujourd’hui… Il s’agit de L’Enfant atypique, un livre écrit par Alexandra Reynaud et publié chez Eyrolles. À l’origine de cet ouvrage, Alexandra, une « aspergirl », diagnostiquée tardivement et maman de Elijah lui aussi HPI et autiste Asperger. Dans ses pages, et sur ses deux blogs « Les tribulations d’un petit zèbre » et « Les tribulations d’une Aspergirl« , Alexandra dresse le portrait de tous ces enfants « bizarres ». Ces élèves que nous rencontrons pourtant quotidiennement et qu’il serait bon de connaître et d’apprivoiser.

Le mot progrès n’aura aucun sens tant qu’il y aura des enfants malheureux.

– Albert Einstein

L’ouvrage se présente en cinq chapitres :
1. La normalité, c’est surfait. Un premier chapitre pour dédramatiser l’atypie et présenter les différentes formes d’atypie (l’hyperactivité, le haut potentiel, la dyslexie, l’autisme…).
2. L’enfant atypique à l’école. Cette partie place l’atypique dans un contexte qui le met souvent à mal : l’école. Elle explique certaines réactions, parfois mal comprises des enseignants, et des conseils pour l’aider à apprivoiser l’école.
3. L’atypie en famille. Un chapitre qui présente l’atypique dans son contexte familial et tout ce qu’il suppose (la fratrie, les sorties, les devoirs…).
4. Les relations des enfants atypiques. Un chapitre pour décrypter les différents comportements que peut avoir l’enfant atypique avec autrui.
5. Être atypique et le rester, tout en vivant heureux. Des conseils pour apprivoiser son atypie et pour apprendre à vivre avec.

Cet ouvrage est une véritable mine d’or pour quiconque souhaite se renseigner, se former au sujet de l’atypie. J’ai apprécié la qualité des explications qui ne se focalisent pas sur une seule forme d’atypie mais qui brassent l’ensemble du sujet. On ne pointe pas du doigt, on n’affirme pas… On propose et on explore ! Les explications sont complètes puisqu’on découvre l’enfant atypique dans tous les milieux et toutes les situations auxquels il peut être confronté. Des explications qui restent cependant simples et abordables. L’atypie est dédramatisée, elle est présentée avec beaucoup de bienveillance (à la fois envers les enfants atypiques et envers leur entourage). Si on débute, si on est curieux ou si on découvre le sujet, on n’est pas noyé sous une masse d’informations et de termes scientifiques et pédagogiques.

L’ouvrage est également attrayant. Textes colorés, bulles de dialogue, dessins… il nous donne envie d’explorer ses pages. Alexandra Reynaud n’est pas la seule à s’exprimer puisqu’on y découvre également divers témoignages de parents d’enfants atypiques. Ils réagissent à différentes situations, donnent leur avis, se souviennent de moments passés… C’est enrichissant, encore une fois bienveillant, et cela peut permettre à certains parents de se reconnaître dans des situations familières aux leurs.

En tant que professeure, j’ai apprécié découvrir des outils concrets à mettre en place avec mes élèves atypiques. J’en retiens un certain nombre que je pense adapter à mes grands loulous de 4ème / 3ème comme « l’émotiomètre » ou l’échelle de la gêne. J’y ai également appris à décrypter certains comportements qui peuvent parfois m’agacer ou me laisser dubitative. Les élèves atypiques ont en effet et assez souvent des réactions qui peuvent nous atteindre non seulement en tant que personne mais également en tant que professeur : la perte d’attention, l’agressivité, le mutisme, le refus de travailler… J’en retiens qu’il faut dédramatiser, prendre du recul et surtout faire preuve de bienveillance et de compréhension.

« Un professeur peut changer la vie de quelqu’un. Peu de gens ont ce pouvoir. Il peut être un allumeur de réverbères. Comme il peut être un éteignoir. »
– Stéphane Laporte.


De votre côté, êtes-vous confrontés à l’atypie au sein de vos classes ? Que mettez-vous en place au quotidien ? Avez-vous des astuces, des conseils… à partager ?

Pour plus d’idées, d’outils, de lectures… vous pouvez me retrouver sur Instagram !
@flaubertandco

2 commentaires

  1. J’ai eu un autiste (pas asperger) qui était en refus total face au français (et surtout la grammaire). Comme il était très scientifique, j’ai essayé de faire sans cesse des liens avec cette matière (le côté très réglé de ces matières)…sans grand résultat ! Les parents étaient très invasifs et créaient des tensions avec l’école. Il a fallu faire un travail avec eux plus qu’avec l’enfant ! J’ai aussi eu une HPI, c’était bien plus simple à gérer ! Sa relation avec autrui était le plus difficile (elle était très mature et dialoguait parfaitement avec l’adulte) mais tout s’est bien passé finalement (le saut de classe de la 4è a résolu pas mal de choses pour elle).
    J’avoue que les atypiques qui me « dérangent » le plus ce sont les dys- (lexique, orthographique…). D’un ils se multiplient et de deux ils se reposent très souvent sur leurs difficultés (et les parents aussi : « Mais il n’est pas capable! »). Les aménagements (imposés par les PAP) sont très contraignants et, au final, peu efficaces je trouve ! Le but est surtout de leur donner des clés pour devenir autonomes et trouver leur fonctionnement, leurs palliatifs, leurs chemins détournés. Mais je n’ai pas eu d’élèves réellement motivés à dépasser leur handicap qu’il prenait pour excuse à tout échec ! Peut-être ce livre me permettrait-il d’avoir quelques clés pour changer cela !

    1. Merci pour ton retour et ton témoignage !

Répondre à Jennifer Annuler la réponse